dimanche 28 juin 2020

Saison 2020/2021


Rentrée de septembre 2020

La saison 2019/2020 s'achève. Pour ce qui concerne l'activité de l'association des Fêlés de l'orthographe, la période de confinement nous aura privés d'un tiers de nos séances habituelles. Vingt séances ont été assurées en salle. Puis les visioconférences ont pris le relais : 13 séances supplémentaires ont ainsi pu être diffusées. Plusieurs adhérent(e)s ont, en outre, redoublé d'imagination pour offrir jeux et recherches, qui ont enrichi les longues journées du confinement. Qu'ils en soient remerciés.
Mais, rien ne remplace la rencontre du vendredi faite d'échanges directs et enrichissants, et empreinte de chaleur humaine.
            Nous espérons tous qu'en septembre prochain la situation sanitaire  permettra la reprise des séances traditionnelles, avec, évidemment, l'application des mesures nécessaires.
               Le CA de l'association a prévu cette rentrée le vendredi 11 septembre à 14h.
             Afin que celle-ci soit organisée dans les meilleures conditions, il est impératif de se réinscrire avant le 10 juillet (information transmise aux adhérent(e)s) ou de s'inscrire au plus tôt.
 (Contact : Henri Le Guen, président : hleguen29@gmail.com).

samedi 7 décembre 2019

La 2e dictée de l'hypermarché Leclerc (7/12/2019)


                          Quand la dictée s’échappe de ses sanctuaires …

               Chacun a en mémoire la traditionnelle dictée donnée en classe, et qui a fait, dit-on, trembler quelques écoliers. Celle qui a été proposée samedi 7 dans l’enceinte même de l’hypermarché Leclerc à Gouesnou n’a pas effrayé les 100 volontaires qui ont cherché, sans aucun doute, à évaluer le solde des connaissances lexicales et grammaticales emmagasinées à force de persévérance et de répétition voici quelques années. À en juger par la bonne humeur et la convivialité qui ont prévalu tout au long de cet après-midi, il s’agissait là de passionnés de langue française désireux de repartir avec, dans le caddie, quelques nouveaux mots, telles ces miscellanées si peu dépaysées au cœur même d’un espace culturel ! La dictée changera-t-elle de visage en s’installant ainsi, audacieusement, au cœur de ce temple des nourritures terrestres, ou comme, il y a quelques semaines, au sein d’un aéroport ? Il est permis de rêver !    
         
Salle pleine à l'hypermarché Leclerc de la porte de Gouesnou
Le texte :

Au gré des présentoirs

TOUS      Je parcours le temple du commerce en toute liberté. À l'occasion, je me restaure   avant de visiter les linéaires - entre salomés feuille-morte serti(e)s de stras(s), jeans [dʒins] tendance, bourses à sequins et romanescos si décoratifs -, tout ébaubi(e) par les dizaines de milliers de références alimentaires ou non.
In la grande distribution en périphérie ! Je peux y acheter au détail ma salade composée, une portion d'époisses à la coupe  ou un grenadin taillé sous mes yeux dans le quasi [kazi]- tous les métiers de bouche  s'affichent.
Je prévois une petite laine même à la belle saison ; vu les  exigences sanitaires draconiennes au(x) rayon(s) frais, la chair de poule guette.
 Au besoin, je bénéficie en parapharmacie de conseils contre l'alopécie, l'asthénie, l'ingrate acné juvénile, entre autres, ou pour un lait maternisé, voire les cosmétiques naturels efficaces contre l'empreinte des ans...
CONFIRMÉS Les quotidiens(-)phares figurent au coin(-)presse, mais aussi une pléiade de parutions des plus éclectiques, jusqu'aux miscellanées rarement publiées.
Envie d'un reflex (réflex) gavé de pixels, d'une bague boule niellée ou d'un tout-en-un ? Quoi  que je veuille acquérir, quel large éventail de choix !
 TOUS Et si, à l'espace culturel, j'assistais à une séance de dédicace(s) pour agrémenter un ouvrage de la signature de son auteur(e) assortie d'une touche d'humour ?
Changement de verres polarisants correcteurs ? Le  centre optique de la galerie propose des montures seyantes. À cet égard, rassurez-vous, messieurs, le proverbe « Bonjour lunettes, adieu minettes » semble frappé de désuétude [de.zɥe.tyd ou de.sɥe.tyd], tant les modèles séduisent par leur raffinement et participent de l'élégance.
Pourquoi m'abstiendrais-je maintenant de l'expertise du personnel à l'agence de voyages pour peaufiner un projet ou profiter sur-le-champ de promotions en réservant tôt ?
Après le passage à la station-service, il est grand temps de regagner mon gentil home où ranger  les vivres achetés en nombre : eh oui, je n'ai pas encore intégré le mouvement minimaliste.
CONFIRMÉS Côté configuration, messiérait-il de comparer un hyper à un jardin à la française, héritage de Le Nôtre ? Ledit jardin, au strict plan géométrique, se décline en une succession de parterres et bassins que je me suis toujours plu à découvrir en me promenant. (L)l'hyper  ne ménage-t-il pas, à sa manière, son quota de plaisirs au fil des gondoles sciemment organisées ?
Marie José Le Guillou

Texte rédigé par Marie José Le Guillou,  relu et validé par Rémi Le Bras et Henri Le Guen, tous trois membres des Fêlés de l’orthographe.

Ouvrages de référence : Le Petit Larousse illustré et Le Petit Robert, éditions 2020, le Dictionnaire des difficultés de la langue française par A. V. Thomas, et La majuscule, c’est capital ! de Jean-Pierre Colignon.

dimanche 24 novembre 2019

Dictée de Plouescat (Téléthon)

La 1re dictée de Plouescat a connu, samedi 23 novembre, un succès incontestable avec 126 candidats.
Le texte, rédigé par François Cariou, célébrait les richesses naturelles et patrimoniales de la commune côtière (lire le texte ci-dessous). La chorale locale a animé le temps des corrections.


samedi 23 novembre 2019

Le texte


     Plouescat

Terrienne et maritime, Plouescat bénéficie d'une richesse patrimoniale exceptionnelle. Les mégalithes, vestiges en granit(e) qui ont traversé des millénaires,  font foi de l'implantation des premiers peuples sédentaires, au début de l'âge de bronze. Et depuis plus d'un siècle, la situation favorable à la production de légumes, l'influence du Gulf Stream aidant, a contribué  à asseoir la notoriété du pôle économique de la commune.
     Le bourg s'est construit autour de l'église et des halles du XVIe siècle dont la toiture a été réalisée à base d'ardoises épaisses à la vague apparence de lauzes (lauses) finement équarries. Ces halles symbolisent la double fonction économique et administrative de la ville. Elles ont résisté aux outrages du temps, grâce à une rénovation majeure et spectaculaire.
     L'église actuelle, de style néogothique, arbore une flèche érigée en 1870 et qui s'est donné comme modèle, celle du Kreisker, à Saint-Pol-de-Léon.
     Chapelles, croix pattées, calvaires et stèles fleurissent à travers le paysage rural, au même titre que les manoirs.
     Des menhirs, appelés aussi peulvens, parfois disposés en cromlechs - amers providentiels pour les navigateurs côtiers -, des allées couvertes en ruine, à même l'estran, des stèles gauloises, œuvres de tribus celtes, des thermes gallo-romains, attirent l’œil du promeneur.

Champions et confirmés -      Le littoral plouescatais s'étire en une longue et ondoyante bande dunaire ponctuée de creux, hospitaliers et salutaires coupe-vent(s) où se sont peut-être nouées, pour les yeux pers de quelque(s) blonde(s) callipyge(s), d'incandescentes et inénarrables oaristys. Il accueille, à marée basse, aigrettes bleu ardoisé, courlis, tadornes de Belon. De minuscules îlots voisins, terres ceintes d’écume, offrent leur(s) refuge(s)  aux cormorans huppés, goélands, fous  de Bassan.
 Euphorbes panachées et centrophylles bleues maintiennent le sable, stimulées par leur(s) système(s) racinaire(s) puissant(s). La flore est le théâtre du ballet incessant des machaons et des zygènes  rouge-noir : chaque acteur joue sa partition.

Tous -      Dans ce paysage à visage(s) multiple(s), le domaine agricole tient toute sa place. En attestent les  légumes phares de la « ceinture dorée » que sont  choux-fleurs et artichauts et, à un degré moindre, échalotes et aulx dont le rose le dispute en délicatesse au bleu turquoise des eaux de bord de mer.
     Les sports nautiques et notamment les concours hippiques créent l'événement estival sur l'hippodrome de la baie du Kernic, un des rares champs de courses marins d'Europe.
     Quoi qu'il en soit, station balnéaire reconnue, jardin authentifié de la Bretagne... Plouescat demeure, sans conteste, une référence.

Texte rédigé par François Cariou, relu par Henri Le Guen, tous deux membres de l’association des Fêlés de l’orthographe.

La salle de l'Atelier était comble (cliquez et voyez)


dimanche 17 novembre 2019




Gouesnou

La 10e édition de la dictée de l'Espoir 


Les 170 candidats adultes et lycéens au moment de la relecture

             Le centre Henri-Queffélec accueillait ce samedi la 10e édition des dictées de l'Espoir, organisée au profit du Téléthon et animée par les Fêlés de l'orthographe. 
La grande salle affichait complet comme tous les ans désormais. Cette animation a fidélisé son public et attire aussi chaque année de nombreux "candidats" qui viennent découvrir cet exercice quelque peu atypique. On comptait ainsi dans l'assemblée de nombreux Gouesnousiens, mais aussi des passionnés de langue française venus du Sud-Finistère ou des Côtes-d'Armor.
Cette fois, l'auteur du texte a fait le choix de coller à l'actualité locale. En effet, d'ici quelques jours, débutera une longue restauration de ce joyau architectural qu'est l'église du XVIe siècle. Et, dans ce cadre, événement rarissime, on pourra assister à la descente des cloches, opération indispensable aux travaux prévus dans le clocher.
                 C'était le thème de la dictée d'hier : le déménagement des cloches ! Si l'événement est rare, ce n'est cependant pas la 1re fois que les cloches entreprennent ce voyage délicat vers la terre ferme. En août 44, dans des conditions plus dramatiques, elles furent jetées au sol par les bombardements. Sous la Révolution, elles furent embarquées pour être fondues.... Ce sont ces péripéties qu'évoque la dictée 2019... (Lire ci-dessous).
Un seul regret : la faible participation des scolaires pour lesquels avait été conçue une version adaptée.... 

Prochaine animation : Plouescat (Médiathèque), 
le samedi 23 novembre (14h)

jeudi 31 octobre 2019

Le texte

          Déménagement … à la cloche de bois …

En cette fin d’année 2019, Joséphine, Eugénie et leurs deux consœurs s’étaient accordé quelques semaines de repos. Elles avaient même prévu de s’évader de leur beffroi et de poser battant à terre.
Ces longues années sans vacances leur avaient-elles fichu le bourdon ? Il était vrai qu’il s’en était fallu de peu qu’elles ne devinssent marteaux, à force de résonner tout là-haut.  Allaient-elles déménager à la cloche de bois ou nous convieraient-elles à ce spectacle extravagant ?
Les cloches de nos villages ont, diversement, vécu de telles aventures. Si, d’ordinaire, elles rythment paisiblement les journées de nos villageois – sans leur appel, les dames pieuses seraient-elles à complies ? -,  les annales regorgent aussi d’histoires plus sombres de cloches cachées, noyées ou emmurées - généralement pour être fondues -, de paysans ou de curés menacés par les Vikings friands de métal ou par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans.
Sous la Révolution, le grand massacre des cloches fut officialisé pour en faire de la monnaie ou des canons destinés à défendre la République. Gouesnou n’a pas échappé à cette atroce curée révolutionnaire que nous a narrée le romancier.  (Fin pour les lycéens)
Confirmés et champions. La troupe de griftons (grivetons), baïonnette au canon (baïonnettes aux canons), pénétra dans l’église. Deux sans-culottes pince-sans-rire, maquillés  en cagots, arrogants, toisèrent le bedeau, proférant force plaisanteries grossières.
Reprise pour les amateurs. À l’extérieur, les badauds,  le regard fixé au clocher, feignaient d’ignorer cette scène qui eût pu déclencher un pugilat. Sur une charpente édifiée depuis la veille, quelques menuisiers descellaient la cloche qui s’apprêtait à sa longue descente.  
En bas, la colère montait et grondait. Des cris fusaient : « Voleurs ! ». En haut, ces                 « déménageurs », hissant l’airain, avaient bien compris qu’à l’issue de leur ingrate mission les vigoureux campagnards massés sur la place ne manqueraient pas de leur … sonner les cloches !
Seul dans sa tour, le pauvre clocheton, jupe cloche vert-de-grisée, semblait orphelin. On n’entendrait plus au cœur du vieux bourg qu’un seul son de cloche et il serait quasi inaudible !  La  voix de l’angélus  paraîtrait (paraitrait) bien fluette !
Confirmés et champions. L’exaspération, sourde, mal contenue, avait envahi le cœur des citoyens, spoliés de ce qui avait toujours orchestré leurs tâches quotidiennes et  annoncé leurs heures joyeuses comme leurs moments de deuil. Ils étaient là, abasourdis, éberlués comme des fondeurs de cloches –expression ô combien opportune ! Pour eux, cette Révolution (révolution) n’était plus que leurre(s) ! On touchait là à ce qu’ils avaient de plus emblématique : ce coin à freux était si plein de charme !

Texte rédigé par Henri Le Guen, Timbre d'or 2016 et relu et validé par Philippe Dessouliers, Dico de bronze, président d’honneur du club d’orthographe de Belfort.

Ouvrages de référence : Le Petit Larousse illustré et Le Petit Robert, éditions 2020, le Dictionnaire des difficultés de la langue française par A. V. Thomas, et La majuscule, c’est capital ! de Jean-Pierre Colignon.
N.B. Le romancier dont il est question dans ce texte est Charles Chassé qui a imaginé dans un chapitre de son ouvrage intitulé « Fanch Lagadec, tambour de la République », l’inventaire des biens de l’église de Gouesnou, ainsi que la réquisition des cloches. À son tour, l’auteur de ce texte s’en inspire, librement, pour vous offrir cette dictée.                                                              

samedi 12 octobre 2019


Un grand merci à la Chambre de commerce, au personnel de l'aéroport Brest-Bretagne, pour leur accueil chaleureux et efficace, à la municipalité de Guipavas, pour leur aide précieuse, à Rêves de clown, pour un partenariat exemplaire.
Nous sommes désolés pour les personnes qui n'ont pu participer, faute de place, et nous les invitons à nos prochaines animations : 
  • Gouesnou (Centre Henri-Queffélec) : samedi 16 novembre (14h)
  • Plouescat (Salle de la médiathèque) : samedi 23 novembre (14h)
  • Hypermarché Leclerc (Porte de Gouesnou) : samedi 7 décembre (14h)
Inscriptions en ligne : lien sur le blog des Fêlés de l'orthographe (lesfelesdelorthographe.blogspot.fr) 
Henri Le Guen
 

vendredi 11 janvier 2019

Dictée Rêves de clown (12 10 2019)






Dictée Rêves de clown
Samedi 12 octobre 2019

                Jamais sans mon clown

TOUS          Les clowns sont de toutes les situations. Ils présentent des saynètes sous les chapiteaux, dans des cabarets ou dans la rue. Nulle équivoque pour identifier ces artistes grimés, loufoques et sensibles, fagotés comme l'as de pique, la touche décalée, la truffe rouge, le quinquet riboulant... Que d'extravagance(s) dans l'attifement pailleté, les accessoires arlequin, le maquillage tsoin-tsoin, l'attitude simplette, les mimiques et la gestuelle ! Quelque étrange que cela puisse paraître, il existe même, job insolite, comme dans la Rome antique, des clowns funéraires tirés à quatre épingles, noir et blanc pour la circonstance et mâtinés de gravité.
D'autres se sont préparés à l'accompagnement thérapeutique en milieu hospitalier où leur principale mission consiste à redonner la force de sourire. Ces comédiens, capables, en un claquement de doigts, de remplir les yeux d'étincelles, s'investissent, en étroite concertation avec les blouses blanches, auprès des adultes et surtout des enfants, y compris aux urgences et en néonatologie. Lors de l'indispensable passation d'informations entre les différents personnels sont abordés, bien entendu, pour un suivi de qualité, l'humeur du moment, la fatigue, le moral des malades. Alors, sans interférer dans le protocole de soins, par leur(s) capacité(s) d'empathie, par leur(s)  compétence(s) relationnelle(s), les semeurs de joie dotés d'un brin de folie et d'un talent protéiforme improvisent et déploient des trésors d'inventivité.                                                                               
(Fin pour les lycéens)

AMATEURS/CONFIRMÉS/CHAMPIONS Le temps d'une pause, les marchands de bonheur créent un espace d'évasion en injectant une dose de rire, antidote garanti contre l'anxiété. Leurs visites - de la couleur dans la grisaille ambiante -  valent plus qu'un puissant analgésique.  Par leur(s) drôlerie(s), ils offrent un instant de grâce. Ainsi vainc-t-on les appréhensions inhérentes à l'état des patients. Ce faisant, leur prise en charge s'en trouve  améliorée. L'humour - qui le niera ? - soulage tout parcours médical contraignant. À vrai dire, les clowns ont quelque chose en eux qui irradie une forme d'humanité.

CONFIRMÉS/CHAMPIONS Surannés, les clowns contemporains ? Que nenni ! (Ces) ces parfaits auxiliaires des soignants ne sont pas seulement les héritiers des Zavatta ou Fratellini, mais aussi ceux de Winnicott. Ils opèrent bel et bien comme des tuteurs de résilience. Si, selon Rabelais, le rire est le propre de l'homme - rire devenu précieux et même salvateur -, qui eût soupçonné  que, par l'énergie positive qu'il développe, on le promût au rang de  première médecine douce ?

Texte rédigé par Marie José Le Guillou et relu et approuvé par Josette Dufosset et Henri Le Guen






















































































































lundi 3 septembre 2018

Adhésions


Adhérer à l'association

       Quelques infos : 
Les séances : 
        Vendredi de 14 h à 16h (2 fois/mois) ou de 20h15 à 22h15 (1 fois/mois)
       (Voir calendrier sur ce blog en "pages")
         Chaque séance dure deux heures (2 animateurs/séance).

*      1re heure : activités de langue française et de culture générale, conçues et présentées  par le 1er animateur (thèmes très divers)
*      2e heure : dictée,  corrigée par le 2e animateur (chaque adhérent corrige sa copie en toute confidentialité)
*      Lieu : salle de la médiathèque de Bourg-Blanc
Prochaines séances : vendredi 1er/03/2019 à 14 heures et vendredi 8/03/19 à 14h

N.B. La participation aux concours est, bien sûr, facultative...
 
Adhésion
Avant d’adhérer, il est possible et conseillé  de découvrir nos activités en assistant à 2 ou 3 séances gratuites.
Cotisation annuelle : 20 euros. Effectif : 110 adhérents
 









Contact : Henri Le GUEN (président) 06 20 19 11 22